CR-Le libre accès aux publications de SHS, entre marché et État : comment articuler édition numérique en libre accès et … liberté(s) intellectuelles des auteurs & lecteurs ?

Auteur : Jérôme Valluy

Source vidéo de la conférence :http://numerev.com/les-seminaires

 

Note de lecture : les idées et pistes de réflexions présentent ici proviennent de l’auteur. Il s’agit ici d’un condensé d’idées qui sont censées enrichir le débat en termes d’opinions et de perspectives. Si les problématiques soulevées ici vous intéressent je vous encourage vivement à voir la vidéo et le slide (très complet) sur le lien ci-dessus.

 

Contexte et petite rétrospective :

 

Présence d’un oligopole sur le marché des éditions, cet oligopole est d’autant plus présent dans le domaine des STM, mais l’est moins dans le domaine des SHS. On note dans les SHS un déclin continu des ventes des ouvrages.

 

Au XIXe siècle les petites maisons d’édition pouvaient proliférer et permettre le pluralisme des éditions, permettant un pluralisme intellectuel.

Une des problématiques qui apparait est comment conserver ce pluralisme ? Car actuellement ni l’O-A, ni marché oligopolistique ne le permettent.

En soi, il faut distinguer deux notions : l’Accès ouvert correspond à toute forme de communication publique, mais cela ne garantit pas le libre accès au savoir. Ce dernier dépend de facteurs cognitifs, socio-culturels.

Une critique avancée sur l’état actuel du débat sur l’Open-Access ici est la « décontextualisation du raisonnement ». Cela s’apparente dans les discussions sur l’accès ouvert avec d’autres scientifiques en faisant « comme-ci » on était dans notre monde. On a une vision très étroite et uniforme (unie-plan) du monde universitaire. Or, « ce qui vaut pour nous ne vaut pas pour les autres. » Bref, ce qui a été mis en avant est que le débat sur le libre accès est un débat homogène. Pourtant rien n’indique qu’il doit en être ainsi. Par exemple, les livres sont différents des articles en particulier en termes d’objectifs.

Dans le contexte actuel et le phénomène de « décontextualisation » du débat, il faut noter un problème de rapport de force entre STM et SHS au niveau institutionnel (au CNRS par exemple.) Ensuite, il existe une différence entre le système français et les autres pays. Deuxièmement avec la seule notion d’accès ouvert, l’idée de la « diffusion du savoir à tout le monde » est une utopie, car il n’existe pas un SEUL public mondial, mais une mosaïque de public, finalement l’accès ouvert concerne principalement un public étudiant. De plus, concernant les débats sur l’accès ouverts ils sont caractérisés par des champs linguistiques différents, ce qui rend le débat « biaisé ».

Piste idéologique sur les institutions de l’édition scientifiques :

Service public : impose une ligne éditoriale, une orientation stratégique.

Service privé : peut permettre prolifération d’idée.

 

Problème de produire une revue à partir de laboratoire :

Un laboratoire se définit une ligne éditoriale qui peut empêcher les controverses en particulier dans les SHS. L’idée que chaque laboratoire prenne en charge le libre accès à une revue et que cela permettrait un pluralisme global est contrainte par la liberté de rattachement à un laboratoire.

 

Concernant les comités de lecture publique :

Il est nécessaire d’avoir un comité de lecture public. Il existe un problème démocratique de l’évaluation scientifique : comment capter les compétences des personnes pour évaluer ? De plus, cette évaluation doit t’-elle nécessairement être démocratique ?

Finalement, il y a un besoin (une nécessité ?) d’avoir un secteur de l’édition indépendant. Deux choses peuvent permettre l’indépendance : la diversification des sources de financement et la dépendance à diverses institutions.

 

Débat sur accès ouvert aux publications SHS. Plus de détails.

 

Principal problème soulevé : décontextualisations du débat sur l’accès ouvert entre les sciences.

La Loi pour le numérique : Impose aucune archive de publication, d’une certaine manière aucune pollution technique. Cette loi renforce le droit d’auteur et baisse le droit d’éditeur. Il faut voir ça comme permettant une alternative à HAL par exemple.

Ensuite l’accès ouvert apparait avec l’idée du changement technologique : la « sous-traitance » privée était légale (légitime) avant, du fait de la facture papier (80% du coût de production.) Mais avec le numérique, l’on s’affranchit de cette contrainte : le recours au papier n’est plus indispensable. Notons que les universitaires privatisent alors leur production : ce qui peut être vu comme une certaine forme de détournement publique. On fait payer aux individus l’achat de sa production financée par les impôts publics. La loi pour le numérique change un peu cela, avec la possibilité de publier en accès ouvert sans l’accord de l’éditeur après une période d’embargo variant si l’on est en STM ou SHS.

 

Cependant, une archive ouverte domine et fait débat sur l’intérêt de la pluralité des archives : HAL.

Les présidents universitaires sont motivés par HAL dans une perspective de contrôle biblio universitaire. Il y a danger dans le débat, car les opportunités présentées en terme d’accès ouvert est soi HAL ou pas de discussion.

HAL, d’après la direction du CNRS, est un outil quantitatif il s’agit d’un « grand projet » français.

Il y a donc un problème pour les enseignants-chercheurs : ils ne veulent pas de cette évaluation labometric, car elle peut servir à moduler leur activité de recherche en les retirant de la recherche s’ils ne sont pas « assez bon » tant « qualitativement » ou « quantitativement ». En soi, le système HAL a la même volonté politique que le décret Pécresse.

Finalement deux problèmes soulevés par ce « projet ».

  • L’obligation de dépôt : « si vous voulez du budget, il faut déposer dans HAL. »
  • Si tout est centralisé, il y a un problème centralisé, qu’elles sont les critères d’appréciations ? Là encore, cela peut poser problème en termes de pluralisme. Le système HAL lamine les supports différents utilisés dans les sciences.

Finalement, l’indépendance et l’assurance de la pluralité intellectuelle étaient particulièrement présentes lorsque le marché d’édition était très différencié, très éclaté au XVIII et XIX.

 

Comment publier sur notre blog ?

On commence par de la terminologie :

Voilà.

Ensuite pour publier un article :

1)Vous vous connectez dans l’espace administrateur, là:

2) Ca devient tout noir

3) Sur la gauche vous cliquez sur « Article – Ajouter »

4) Vous posez votre flow

5) Vous rangez votre article dans le blog, ie: vous lui attribuez une catégorie. Si vous voulez que votre article soit rangé dans l’onglet “Déclarations”, vous cochez cette case :

6) Vous cliquez sur publier. (ensuite il peut être remodifier à volonté)

Youhou.

Enregistrer

Enregistrer

Guerilla Open Access Manifesto

Aaron Swartz – juillet 2008 – Internet Archive
(Traduction  : Gatitac, albahtaar, Wikinade, M0tty, aKa, Jean-Fred, Goofy, Léna, greygjhart + anonymous) Sur Framablog.org
Version originale dispo ici

L’information, c’est le pouvoir. Mais comme pour tout pouvoir, il y a ceux qui veulent le garder pour eux. Le patrimoine culturel et scientifique mondial, publié depuis plusieurs siècles dans les livres et les revues, est de plus en plus souvent numérisé puis verrouillé par une poignée d’entreprises privées. Vous voulez lire les articles présentant les plus célèbres résultats scientifiques  ? Il vous faudra payer de grosses sommes à des éditeurs comme Reed Elsevier.

Et il y a ceux qui luttent pour que cela change. Le mouvement pour le libre accès s’est vaillamment battu pour s’assurer que les scientifiques ne mettent pas toutes leurs publications sous copyright et s’assurer plutôt que leurs travaux seront publiés sur Internet sous des conditions qui en permettent l’accès à tous. Mais, même dans le scénario le plus optimiste, la politique de libre accès ne concerne que les publications futures. Tout ce qui a été fait jusqu’à présent est perdu.

C’est trop cher payé. Contraindre les universitaires à débourser de l’argent pour lire le travail de leurs collègues  ? Numériser des bibliothèques entières mais ne permettre qu’aux gens de chez Google de les lire  ? Fournir des articles scientifiques aux chercheurs des plus grandes universités des pays riches, mais pas aux enfants des pays du Sud  ? C’est scandaleux et inacceptable.

Nombreux sont ceux qui disent  : «  Je suis d’accord mais que peut-on y faire  ? Les entreprises possèdent les droits de reproduction de ces documents, elles gagnent énormément d’argent en faisant payer l’accès, et c’est parfaitement légal, il n’y a rien que l’on puisse faire pour les en empêcher.  » Mais si, on peut faire quelque chose, ce qu’on est déjà en train de faire  : riposter.

Vous qui avez accès à ces ressources, étudiants, bibliothécaires, scientifiques, on vous a donné un privilège. Vous pouvez vous nourrir au banquet de la connaissance pendant que le reste du monde en est exclu. Mais vous n’êtes pas obligés — moralement, vous n’en avez même pas le droit — de conserver ce privilège pour vous seuls. Il est de votre devoir de le partager avec le monde. Et c’est ce que vous avez fait  : en échangeant vos mots de passe avec vos collègues, en remplissant des formulaires de téléchargement pour vos amis.

Pendant ce temps, ceux qui ont été écartés de ce festin n’attendent pas sans rien faire. Vous vous êtes faufilés dans les brèches et avez escaladé les barrières, libérant l’information verrouillée par les éditeurs pour la partager avec vos amis.

Mais toutes ces actions se déroulent dans l’ombre, de façon souterraine. On les qualifie de «  vol  » ou bien de «  piratage  », comme si partager une abondance de connaissances était moralement équivalent à l’abordage d’un vaisseau et au meurtre de son équipage. Mais le partage n’est pas immoral, c’est un impératif moral. Seuls ceux qu’aveugle la cupidité refusent une copie à leurs amis.

Les grandes multinationales, bien sûr, sont aveuglées par la cupidité. Les lois qui les gouvernent l’exigent, leurs actionnaires se révolteraient à la moindre occasion. Et les politiciens qu’elles ont achetés les soutiennent en votant des lois qui leur donnent le pouvoir exclusif de décider qui est en droit de faire des copies.

La justice ne consiste pas à se soumettre à des lois injustes. Il est temps de sortir de l’ombre et, dans la grande tradition de la désobéissance civile, d’affirmer notre opposition à la confiscation criminelle de la culture publique.

Nous avons besoin de récolter l’information où qu’elle soit stockée, d’en faire des copies et de la partager avec le monde. Nous devons nous emparer du domaine public et l’ajouter aux archives. Nous devons acheter des bases de données secrètes et les mettre sur le Web. Nous devons télécharger des revues scientifiques et les poster sur des réseaux de partage de fichiers. Nous devons mener le combat de la guérilla pour le libre accès.

Lorsque nous serons assez nombreux de par le monde, nous n’enverrons pas seulement un puissant message d’opposition à la privatisation de la connaissance  : nous ferons en sorte que cette privatisation appartienne au passé. Serez-vous des nôtres  ?

Aaron Swartz